Je suis aidant : quelle est ma place au sein du suivi ?

L’un de vos proches vient d’apprendre son cancer et votre rôle souvent naturel d’aidant vous pose question.

Mis à jour le :
29
/
06
/
2022
Télécharger l'infographie
Je suis aidant : quelle est ma place au sein du suivi ?

L’un de vos proches vient d’apprendre son cancer et votre rôle souvent naturel d’aidant vous pose question. Sur quels plans votre soutien va-t-il devenir essentiel au quotidien ?

Selon l’article R245-7 du Code de l’action sociale et des familles « est considéré comme un aidant familial, le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle le bénéficiaire a conclu un pacte civil de solidarité, l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré du bénéficiaire, ou l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré de l’autre membre du couple qui apporte l’aide humaine et qui n’est pas salarié pour cette aide ».

20 millions d’aidants de cancer en 5 ans

Au total, 8 à 11 millions de Français sont aidants au quotidien, auprès d’un proche atteint d’une maladie grave, invalidante, chronique et/ou liée à l’âge. Devant la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques, le cancer reste la pathologie sollicitant le plus les proches. Ainsi, au cours de ces 5 dernières années, près de 20 millions de Français auraient été aidants de patients atteints d’un cancer. Le vieillissement, souvent associé au cancer, entre aussi en ligne de compte dans de nombreuses situations d’aidance.

Toilettes, achats, déplacements

Au quotidien, 61% des aidants apportent un soutien moral à leur proche, 58% prêtent main forte pour les activités domestiques (courses, repas, ménage, entretien du linge, toilettes, habillage) et 48% assurent une surveillance via le téléphone ou des déplacements (rendez-vous médicaux, achats des médicaments). Autre point, 47% des aidants accompagnent leur proche dans ses déplacements et 44% sont présents pour la gestion des comptes bancaires et des tâches administratives (constitution du dossier médical, demande d’obtention des aides…).

La surveillance de l’observance thérapeutique est aussi un temps à part pour l’aidant dans le quotidien. Idem concernant le soutien psychologique, mais aussi la vigilance et la réaction à adopter en cas de signes évoquant une dégradation de l’état de santé du proche malade.

54% des aidants n’ont pas conscience de leur rôle

Au total, 54% des aidants n’ont globalement pas conscience de leur rôle[1].

Pour autant, 19% des aidants vivent dans le même domicile que leur proche malade. Au total, quasiment un quart des aidants (24%) consacre un minimum de 20 heures hebdomadaires à leur rôle. Et l’impact de l’aidance au quotidien se fait sentir : les personnes concernées rapportent un manque de temps pour leur vie personnelle, une fatigue physique et des obstacles rencontrés face à la complexité des démarches administratives.

Pour vous faire épauler en tant qu’aidant, vous pouvez vous tourner vers l’Association des Aidants qui délivrent des informations sur les aides et ressources pour vous et votre proche. L’association propose également des ateliers santé, des cafés aidants et des formations en présentiel ou en distanciel.

Ressources

Vous souhaitez en savoir plus sur :

Annuaires

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels proposant des soins de support  ? C’est par ici :

Références

[1] Baromètre 2019, Fondation April BVA -Sondage menée les 14-15 et 21-22 juin 2019 par téléphone auprès d’un échantillon de 2008 personnes, représentatif de la population française âgée de15 ans et plus. Au sein de cet échantillon, ont été interrogés : 378 aidants et1630 non-aidants. Disponible : https://www.fondation-april.org/images/pdf/DP_Barom%C3%A8tre_des_aidants_2019_FondationAPRIL.pdf

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Je suis aidant : quelle est ma place au sein du suivi ?

Mis à jour le :
29
/
06
/
2022

L’un de vos proches vient d’apprendre son cancer et votre rôle souvent naturel d’aidant vous pose question. Sur quels plans votre soutien va-t-il devenir essentiel au quotidien ?

Selon l’article R245-7 du Code de l’action sociale et des familles « est considéré comme un aidant familial, le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle le bénéficiaire a conclu un pacte civil de solidarité, l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré du bénéficiaire, ou l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré de l’autre membre du couple qui apporte l’aide humaine et qui n’est pas salarié pour cette aide ».

20 millions d’aidants de cancer en 5 ans

Au total, 8 à 11 millions de Français sont aidants au quotidien, auprès d’un proche atteint d’une maladie grave, invalidante, chronique et/ou liée à l’âge. Devant la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques, le cancer reste la pathologie sollicitant le plus les proches. Ainsi, au cours de ces 5 dernières années, près de 20 millions de Français auraient été aidants de patients atteints d’un cancer. Le vieillissement, souvent associé au cancer, entre aussi en ligne de compte dans de nombreuses situations d’aidance.

Toilettes, achats, déplacements

Au quotidien, 61% des aidants apportent un soutien moral à leur proche, 58% prêtent main forte pour les activités domestiques (courses, repas, ménage, entretien du linge, toilettes, habillage) et 48% assurent une surveillance via le téléphone ou des déplacements (rendez-vous médicaux, achats des médicaments). Autre point, 47% des aidants accompagnent leur proche dans ses déplacements et 44% sont présents pour la gestion des comptes bancaires et des tâches administratives (constitution du dossier médical, demande d’obtention des aides…).

La surveillance de l’observance thérapeutique est aussi un temps à part pour l’aidant dans le quotidien. Idem concernant le soutien psychologique, mais aussi la vigilance et la réaction à adopter en cas de signes évoquant une dégradation de l’état de santé du proche malade.

54% des aidants n’ont pas conscience de leur rôle

Au total, 54% des aidants n’ont globalement pas conscience de leur rôle[1].

Pour autant, 19% des aidants vivent dans le même domicile que leur proche malade. Au total, quasiment un quart des aidants (24%) consacre un minimum de 20 heures hebdomadaires à leur rôle. Et l’impact de l’aidance au quotidien se fait sentir : les personnes concernées rapportent un manque de temps pour leur vie personnelle, une fatigue physique et des obstacles rencontrés face à la complexité des démarches administratives.

Pour vous faire épauler en tant qu’aidant, vous pouvez vous tourner vers l’Association des Aidants qui délivrent des informations sur les aides et ressources pour vous et votre proche. L’association propose également des ateliers santé, des cafés aidants et des formations en présentiel ou en distanciel.

Ressources

Vous souhaitez en savoir plus sur :

Annuaires

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels proposant des soins de support  ? C’est par ici :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Références

[1] Baromètre 2019, Fondation April BVA -Sondage menée les 14-15 et 21-22 juin 2019 par téléphone auprès d’un échantillon de 2008 personnes, représentatif de la population française âgée de15 ans et plus. Au sein de cet échantillon, ont été interrogés : 378 aidants et1630 non-aidants. Disponible : https://www.fondation-april.org/images/pdf/DP_Barom%C3%A8tre_des_aidants_2019_FondationAPRIL.pdf

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Créez votre dossier avec toutes vos adresses et solutions adaptées

Besoin d'être accompagné gratuitement dans vos démarches de proche aidant ?

Retrouvez toutes les questions de la communauté

Simplifiez vos démarches de santé dès maintenant