Faire du sport avec son diabète de type 2

La première étape de la prise en charge du diabète de type 2 repose sur la mise en place de ...

Mis à jour le :
8
/
06
/
2022
Télécharger l'infographie
Faire du sport avec son diabète de type 2

Faire du sport avec son diabète de type 2

La première étape de la prise en charge du diabète de type 2 repose sur la mise en place de mesures hygiéno-diététiques. Quelles sont ces mesures et comment les mettre en place ?

La première étape de la prise en charge du diabète de type 2 repose sur la mise en place de mesures hygiéno-diététiques.

Ces mesures consistent à effectuer une activité physique de trente minutes par jour et de suivre un régime alimentaire équilibré. L’objectif étant de réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang).(1)

Pourquoi faire du sport ?

Les complications entraînées par le diabète de type 2 peuvent faire leur apparition dès 10 à 20 ans de glycémie non contrôlée. Augmenter son activité physique permet un meilleur contrôle de la glycémie et donc de diminuer significativement le risque de complications à long terme. (2)

De quelles façons ?

Le sport permet de consommer le sucre présent dans le sang pour fournir de l’énergie aux muscles nécessaire à l’effort. Elle va aussi spécifiquement lutter contre l’insulino résistance en faisant diminuer la quantité de graisse intra abdominale. L’organisme utilise alors mieux l’insuline et le glucose(2) pour son bon fonctionnement.

L’hémoglobine glyquée (HB1Ac, hémoglobine sur laquelle s'est fixée une molécule de glucose) est le paramètre de référence pour évaluer les bénéfices de l’activité sportive. Elle se mesure par un bilan sanguin et reflète le taux de glycémie des 3 derniers mois. Lorsque l’hémoglobine glyquée est dans les valeurs normales, cela veut donc dire que la glycémie est contrôlée de façon durable.

Quelle(s) activité(s) physique(s) pratiquer ?

L’activité physique est définie par tous les mouvements sollicitant le corps en augmentant les dépenses d’énergie (3) . La HAS (haute autorité de santé) recommande de lutter contre la sédentarité mais ne spécifie pas le type d'activité que vous pouvez adopter. L'important c'est d’avoir une activité régulière qui vous fait plaisir !

Différentes possibilités s’offrent à vous : vous pouvez, par exemple, débuter par 30 min de marche quotidienne. C’est une activité couramment pratiquée car elle ne demande pas d’équipement et s’intègre facilement dans un quotidien. Cependant si vous souffrez d’arthrose ou de neuropathie périphérique (atteinte des nerfs des pieds par exemple) la marche n’est pas la pratique la plus conseillée. Vous pouvez vous tourner vers des sports à moindre impact tels que la natation, le vélo, l’aquagym ou encore le Tai chi chuan (gym douce). (4)

Aucun sport n’est interdit, alors si votre état vous le permet vous pouvez pratiquer des sports plus intenses : jogging, football, tennis …

Si vous vous sentez un peu perdu dans tous ces choix, vous pouvez consulter un professionnel. La prescription individualisée et progressive d’activité physique par un médecin permet de vous guider dans la réduction de la sédentarité et le maintien de l’activité sur le long terme. (1)

La manière la plus efficace d’augmenter l’exercice physique reste de modifier votre quotidien de façon plus générale en adoptant les bons réflexes  

Finis les escalators et la voiture. Quand on le peut, on se déplace à pied ou à vélo et on monte les escaliers. Chaque petit effort de la journée compte et vous apportera des bénéfices. Aller au marché, acheter sa baguette ou son journal sont autant de bonnes raisons de rester actif en joignant l’utile à l’agréable.

Et l’APA dans tout ça ?

L’activité physique adaptée (APA), c’est du “sport sans ordonnance". Cela permet d’intégrer la pratique sportive à la prise en charge d’un patient tout en s’adaptant à ses capacités. Vous pouvez bénéficier de l’APA sur prescription de votre médecin traitant. Il y formulera les objectifs thérapeutiques en précisant les contre-indications s'il y en a. Vous serez ensuite accompagnés par des éducateurs formés (kinésithérapeutes, ergothérapeutes, techniciens de pratique sportive…) qui vous proposeront un programme en fonction de votre bilan de santé et des objectifs fixés par votre médecin. Vous êtes alors encadrés dans une pratique sportive efficace et sans danger.  

Vous pouvez vous rendre dans l’une des 436 maisons Sport-santé pour obtenir un accompagnement personnalisé.  Vous pouvez trouver la structure la plus proche en consultant cet annuaire en ligne.

À savoir : Ces services ne sont pas pris en charge par le régime obligatoire de sécurité sociale. Certains organismes (mutuelles, comités d’entreprises, etc.) peuvent rembourser tout ou partie de votre achat. Renseignez-vous auprès des organismes desquels vous dépendez.

Quelle durée pour avoir de réels bénéfices sur sa santé ?

Si vous débutez, il est vivement conseillé d’y aller en douceur afin d’éviter de se blesser ou de se décourager. Vous pouvez, par exemple, répartir les moments d’activités physiques par périodes de 10 minutes dans la journée. Au fil du temps et lorsque vous vous sentirez plus à l’aise, vous pourrez augmenter les durées.

Respectez votre rythme ! L’important c’est de bouger dès que vous pouvez.

En toute logique, la durée recommandée dépend du type d’activité vers lesquelles vous vous tournez. Les pratiques sportives intenses nécessitent une durée de pratique moins longue que les activités plus modérées. (3)

Quel est le meilleur moment pour pratiquer une activité physique ?

Quand vous le pouvez et le souhaitez ! L’important c’est la régularité. (4)

Idéalement une pratique quotidienne est à mettre en place afin d 'observer des bénéfices. Ainsi il vaut mieux miser sur une activité modérée tous les jours que sur une activité intense plus occasionnelle.

Toutefois, il est intéressant de pratiquer une activité en post prandial, c'est-à-dire après un repas, car c’est le moment où la glycémie est la plus élevée. La pratique sportive permet alors de consommer le glucose en excès pour faire fonctionner vos muscles.

Comment gérer ma glycémie en pratiquant du sport ?

Lors d’un effort physique, il est important de prévenir le risque d’hypoglycémie. Pour éviter tout tracas et pratiquer une activité en toute sécurité, vous pouvez consulter votre médecin qui vous guidera sur les bonnes habitudes (alimentation, prise de traitement…) à mettre en place avec une activité sportive. (5)

Trouver la motivation et ne pas se décourager est souvent un véritable challenge. Mais on se rend vite compte des nets bénéfices sur sa santé physique mais aussi sur son épanouissement social.

Références

  1. L’activité     physique chez les diabétiques de types 2 : https://www.lamedecinedusport.com/dossiers/activite-physique-diabete-de-type-2-lactivite-physique-basee-sur-les-preuves-chez-le-diabetique-de-type-2/     consulté le 12/04/ 22
  1. Activité     physique ou sportive et diabète de type 2 https://www.valdemarne.fr/newsletters/sport-sante-et-preparation-physique/activite-physique-ou-sportive-et-diabete-de-type-2-un-duo-gagnant-1ere-partie     consulté le 12/04/22
  1. Qu’est-ce     que l’APA? https://www.assurance-prevention.fr/activite-physique-sport-adapte-APA.html     consulté le 12/04/22
  1. Diabète et     activité physique : les fondamentaux https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/diabete/diabete-vivre-quotidien/activite-physique/diabete-activite-physique-fondamentaux     consulté le 12/04/22
  1. Activité     physique et diabète de type 2 https://www.vidal.fr/maladies/metabolisme-diabete/diabete-type-2/activite-physique.html     consulté le 12/04/22

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Faire du sport avec son diabète de type 2

Mis à jour le :
8
/
06
/
2022

Faire du sport avec son diabète de type 2

La première étape de la prise en charge du diabète de type 2 repose sur la mise en place de mesures hygiéno-diététiques. Quelles sont ces mesures et comment les mettre en place ?

La première étape de la prise en charge du diabète de type 2 repose sur la mise en place de mesures hygiéno-diététiques.

Ces mesures consistent à effectuer une activité physique de trente minutes par jour et de suivre un régime alimentaire équilibré. L’objectif étant de réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang).(1)

Pourquoi faire du sport ?

Les complications entraînées par le diabète de type 2 peuvent faire leur apparition dès 10 à 20 ans de glycémie non contrôlée. Augmenter son activité physique permet un meilleur contrôle de la glycémie et donc de diminuer significativement le risque de complications à long terme. (2)

De quelles façons ?

Le sport permet de consommer le sucre présent dans le sang pour fournir de l’énergie aux muscles nécessaire à l’effort. Elle va aussi spécifiquement lutter contre l’insulino résistance en faisant diminuer la quantité de graisse intra abdominale. L’organisme utilise alors mieux l’insuline et le glucose(2) pour son bon fonctionnement.

L’hémoglobine glyquée (HB1Ac, hémoglobine sur laquelle s'est fixée une molécule de glucose) est le paramètre de référence pour évaluer les bénéfices de l’activité sportive. Elle se mesure par un bilan sanguin et reflète le taux de glycémie des 3 derniers mois. Lorsque l’hémoglobine glyquée est dans les valeurs normales, cela veut donc dire que la glycémie est contrôlée de façon durable.

Quelle(s) activité(s) physique(s) pratiquer ?

L’activité physique est définie par tous les mouvements sollicitant le corps en augmentant les dépenses d’énergie (3) . La HAS (haute autorité de santé) recommande de lutter contre la sédentarité mais ne spécifie pas le type d'activité que vous pouvez adopter. L'important c'est d’avoir une activité régulière qui vous fait plaisir !

Différentes possibilités s’offrent à vous : vous pouvez, par exemple, débuter par 30 min de marche quotidienne. C’est une activité couramment pratiquée car elle ne demande pas d’équipement et s’intègre facilement dans un quotidien. Cependant si vous souffrez d’arthrose ou de neuropathie périphérique (atteinte des nerfs des pieds par exemple) la marche n’est pas la pratique la plus conseillée. Vous pouvez vous tourner vers des sports à moindre impact tels que la natation, le vélo, l’aquagym ou encore le Tai chi chuan (gym douce). (4)

Aucun sport n’est interdit, alors si votre état vous le permet vous pouvez pratiquer des sports plus intenses : jogging, football, tennis …

Si vous vous sentez un peu perdu dans tous ces choix, vous pouvez consulter un professionnel. La prescription individualisée et progressive d’activité physique par un médecin permet de vous guider dans la réduction de la sédentarité et le maintien de l’activité sur le long terme. (1)

La manière la plus efficace d’augmenter l’exercice physique reste de modifier votre quotidien de façon plus générale en adoptant les bons réflexes  

Finis les escalators et la voiture. Quand on le peut, on se déplace à pied ou à vélo et on monte les escaliers. Chaque petit effort de la journée compte et vous apportera des bénéfices. Aller au marché, acheter sa baguette ou son journal sont autant de bonnes raisons de rester actif en joignant l’utile à l’agréable.

Et l’APA dans tout ça ?

L’activité physique adaptée (APA), c’est du “sport sans ordonnance". Cela permet d’intégrer la pratique sportive à la prise en charge d’un patient tout en s’adaptant à ses capacités. Vous pouvez bénéficier de l’APA sur prescription de votre médecin traitant. Il y formulera les objectifs thérapeutiques en précisant les contre-indications s'il y en a. Vous serez ensuite accompagnés par des éducateurs formés (kinésithérapeutes, ergothérapeutes, techniciens de pratique sportive…) qui vous proposeront un programme en fonction de votre bilan de santé et des objectifs fixés par votre médecin. Vous êtes alors encadrés dans une pratique sportive efficace et sans danger.  

Vous pouvez vous rendre dans l’une des 436 maisons Sport-santé pour obtenir un accompagnement personnalisé.  Vous pouvez trouver la structure la plus proche en consultant cet annuaire en ligne.

À savoir : Ces services ne sont pas pris en charge par le régime obligatoire de sécurité sociale. Certains organismes (mutuelles, comités d’entreprises, etc.) peuvent rembourser tout ou partie de votre achat. Renseignez-vous auprès des organismes desquels vous dépendez.

Quelle durée pour avoir de réels bénéfices sur sa santé ?

Si vous débutez, il est vivement conseillé d’y aller en douceur afin d’éviter de se blesser ou de se décourager. Vous pouvez, par exemple, répartir les moments d’activités physiques par périodes de 10 minutes dans la journée. Au fil du temps et lorsque vous vous sentirez plus à l’aise, vous pourrez augmenter les durées.

Respectez votre rythme ! L’important c’est de bouger dès que vous pouvez.

En toute logique, la durée recommandée dépend du type d’activité vers lesquelles vous vous tournez. Les pratiques sportives intenses nécessitent une durée de pratique moins longue que les activités plus modérées. (3)

Quel est le meilleur moment pour pratiquer une activité physique ?

Quand vous le pouvez et le souhaitez ! L’important c’est la régularité. (4)

Idéalement une pratique quotidienne est à mettre en place afin d 'observer des bénéfices. Ainsi il vaut mieux miser sur une activité modérée tous les jours que sur une activité intense plus occasionnelle.

Toutefois, il est intéressant de pratiquer une activité en post prandial, c'est-à-dire après un repas, car c’est le moment où la glycémie est la plus élevée. La pratique sportive permet alors de consommer le glucose en excès pour faire fonctionner vos muscles.

Comment gérer ma glycémie en pratiquant du sport ?

Lors d’un effort physique, il est important de prévenir le risque d’hypoglycémie. Pour éviter tout tracas et pratiquer une activité en toute sécurité, vous pouvez consulter votre médecin qui vous guidera sur les bonnes habitudes (alimentation, prise de traitement…) à mettre en place avec une activité sportive. (5)

Trouver la motivation et ne pas se décourager est souvent un véritable challenge. Mais on se rend vite compte des nets bénéfices sur sa santé physique mais aussi sur son épanouissement social.

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Références

  1. L’activité     physique chez les diabétiques de types 2 : https://www.lamedecinedusport.com/dossiers/activite-physique-diabete-de-type-2-lactivite-physique-basee-sur-les-preuves-chez-le-diabetique-de-type-2/     consulté le 12/04/ 22
  1. Activité     physique ou sportive et diabète de type 2 https://www.valdemarne.fr/newsletters/sport-sante-et-preparation-physique/activite-physique-ou-sportive-et-diabete-de-type-2-un-duo-gagnant-1ere-partie     consulté le 12/04/22
  1. Qu’est-ce     que l’APA? https://www.assurance-prevention.fr/activite-physique-sport-adapte-APA.html     consulté le 12/04/22
  1. Diabète et     activité physique : les fondamentaux https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/diabete/diabete-vivre-quotidien/activite-physique/diabete-activite-physique-fondamentaux     consulté le 12/04/22
  1. Activité     physique et diabète de type 2 https://www.vidal.fr/maladies/metabolisme-diabete/diabete-type-2/activite-physique.html     consulté le 12/04/22

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Créez votre dossier avec toutes vos adresses et solutions adaptées

Besoin d'être accompagné gratuitement dans vos démarches de proche aidant ?

Retrouvez toutes les questions de la communauté

Simplifiez vos démarches de santé dès maintenant