Ce que peuvent les soins de support

Il existe des solutions pour mieux vivre les effets de la maladie et encore plus ceux liés aux traitements.

Mis à jour le :
29
/
06
/
2022
Télécharger l'infographie
Ce que peuvent les soins de support

Il existe des solutions pour mieux vivre les effets de la maladie et encore plus ceux liés aux traitements. Parmi les dispositifs accessibles : les soins de support peuvent vous procurer le plus grand bien.

Les soins du support s’inscrivent dans votre parcours thérapeutique, dès le début de la maladie, pendant la phase des traitements mais aussi en situation palliative.

Quels bénéfices peut-on attendre de ces approches proposées dans différents domaines : la somatique (prise en charge de la douleur, kinésithérapie, nutrition…), celui de la psychologie (soutien par un psychologue, un onco-sexologue, un spécialiste de l’hypnose…) ou du social et du bien-être (service social, socio-esthétique) ?

Elles participent à « améliorer le confort et la qualité de vie des patients, à optimiser l’efficacité des traitements spécifiques, tout en limitant la pénibilité des effets secondaires, et en participant au contrôle de la maladie », soulignent les auteurs [1] d’une étude publiée en 2018 dans la revue Soins de support en oncologie adulte.

Contre les douleurs

Les soins de support atténuent les douleurs et la fatigue d’origine multifactorielle (liées à la tumeur, aux traitements, aux soins chirurgicaux et aux examens médicaux).

Des conseils en nutrition vont aider le patient à adopter les bons réflexes pour limiter les nausées, les épisodes de diarrhée, le risque de déshydratation et à stimuler l’appétit. Des conseils hygiéno-diététiques éloignent aussi le risque de dénutrition[2]  : le patient sera alors plus résistant face aux complications post-opératoires [3] et aux effets des traitements [4].

Prescrite en fonction de vos préférences, de vos capacités physiques et de l’évolution de votre maladie, l’activité physique adaptée (APA) va réduire la fatigue et améliorer la tolérance aux traitements. La résistance physique est augmentée, le degré de stress diminué, l’image corporelle et l’estime de soi améliorées. L’image de soi peut aussi être améliorée par les soins en socio-esthétiques (massages et soins du visage, du corps, maquillage, coiffure, prothèses capillaires, foulards…).

Des soins en dermatologie

La socio-esthétique et la dermatologie permettent toutes deux aux patients de prendre soin de sa peau souffrant parfois des effets de la chimiothérapie,  des thérapies ciblées et de la radiothérapie. Des conseils d’hygiène de vie et l’utilisation de produits adaptés vont venir limiter la survenue de rougeurs, de plaques, de dessèchement, de tiraillements, d'acné ou encore de syndrome pied-main. Si vous souhaitez obtenir des conseils à ce sujet, n’hésitez pas à en parler à votre dermatologue ou à votre pharmacien.

Yoga, thérapies comportementales et cognitives

Prenons deux études en exemple pour illustrer les bénéfices concrets des soins de support.

  • Selon des chercheurs de l’Institut du Cancer de Montpellier (ICM), chez des patientes sous hormonothérapie dans le cadre d’un cancer du sein, des séances de yoga ont contribué à une nette diminution des douleurs ostéoarticulaires engendrées par le traitement. Le degré de stress des femmes inclues dans l’étude s’est aussi abaissé. « Cette activité physique jouant sur les plans physiques comme psychologiques contribue à améliorer la qualité de vie des patientes », confirme l’équipe de Kerstin Faravel, kinésithérapeute à l’ICM et principale auteure de l’étude.
  • Selon une seconde étude publiée dans la revue « Soins de support en oncologie », les séances en psychologie, et plus particulièrement les thérapies comportementales et cognitives, améliorent la qualité du sommeil et aident à mieux vivre avec les épisodes d’insomnie, troubles du sommeil affectant 63% [5] des patients suivis pour un cancer.

Ressources

Vous souhaitez en savoir plus sur :

Annuaires

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels proposant des soins de support  ? C’est par ici :

Références

[1] Cécile Di Santolo, Rémi Etienne, Aline Henry, Ivan Krakowski, Christelle Remy. Que sont les soins de support ? Soins de support en oncologie adulte (2018), pages 23 à 41, Edition Dunod. Disponible : https://www.cairn.info/soins-de-support-en-oncologie-adulte--9782100776467-page-23.htm

[2] « Une personne est considérée comme dénutrie en cas de perte de plus de 5 % de son poids habituel en1 mois, ou de plus de 10 % en 6 mois. C’est par exemple le cas si une personne de 60 kilos perd 3 kilos en 1 mois ou6 kilos en 6 mois » (Données Institut national du Cancer, INCa)

[3] Diminution du risque infectieux, amélioration du processus de cicatrisation, diminution de la fatigue et du niveau d’anxiété, raccourcissement de la durée d’hospitalisation post-opératoire

[4] La dénutrition peut augmenter le risque d’effets indésirables liés à la chimiothérapie et/ou à la radiothérapie

[5] Données issues de l’étude suivante : Diane Boinon. Feasibility of a video-based cognitive behavioral therapy for insomnia in French adult cancer outpatients: results from the Sleep-4-All-1study. Octobre 2021 - SupportiveCare in Cancer 29(2)- DOI:10.1007/s00520-021-06151-7

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Ce que peuvent les soins de support

Mis à jour le :
29
/
06
/
2022

Il existe des solutions pour mieux vivre les effets de la maladie et encore plus ceux liés aux traitements. Parmi les dispositifs accessibles : les soins de support peuvent vous procurer le plus grand bien.

Les soins du support s’inscrivent dans votre parcours thérapeutique, dès le début de la maladie, pendant la phase des traitements mais aussi en situation palliative.

Quels bénéfices peut-on attendre de ces approches proposées dans différents domaines : la somatique (prise en charge de la douleur, kinésithérapie, nutrition…), celui de la psychologie (soutien par un psychologue, un onco-sexologue, un spécialiste de l’hypnose…) ou du social et du bien-être (service social, socio-esthétique) ?

Elles participent à « améliorer le confort et la qualité de vie des patients, à optimiser l’efficacité des traitements spécifiques, tout en limitant la pénibilité des effets secondaires, et en participant au contrôle de la maladie », soulignent les auteurs [1] d’une étude publiée en 2018 dans la revue Soins de support en oncologie adulte.

Contre les douleurs

Les soins de support atténuent les douleurs et la fatigue d’origine multifactorielle (liées à la tumeur, aux traitements, aux soins chirurgicaux et aux examens médicaux).

Des conseils en nutrition vont aider le patient à adopter les bons réflexes pour limiter les nausées, les épisodes de diarrhée, le risque de déshydratation et à stimuler l’appétit. Des conseils hygiéno-diététiques éloignent aussi le risque de dénutrition[2]  : le patient sera alors plus résistant face aux complications post-opératoires [3] et aux effets des traitements [4].

Prescrite en fonction de vos préférences, de vos capacités physiques et de l’évolution de votre maladie, l’activité physique adaptée (APA) va réduire la fatigue et améliorer la tolérance aux traitements. La résistance physique est augmentée, le degré de stress diminué, l’image corporelle et l’estime de soi améliorées. L’image de soi peut aussi être améliorée par les soins en socio-esthétiques (massages et soins du visage, du corps, maquillage, coiffure, prothèses capillaires, foulards…).

Des soins en dermatologie

La socio-esthétique et la dermatologie permettent toutes deux aux patients de prendre soin de sa peau souffrant parfois des effets de la chimiothérapie,  des thérapies ciblées et de la radiothérapie. Des conseils d’hygiène de vie et l’utilisation de produits adaptés vont venir limiter la survenue de rougeurs, de plaques, de dessèchement, de tiraillements, d'acné ou encore de syndrome pied-main. Si vous souhaitez obtenir des conseils à ce sujet, n’hésitez pas à en parler à votre dermatologue ou à votre pharmacien.

Yoga, thérapies comportementales et cognitives

Prenons deux études en exemple pour illustrer les bénéfices concrets des soins de support.

  • Selon des chercheurs de l’Institut du Cancer de Montpellier (ICM), chez des patientes sous hormonothérapie dans le cadre d’un cancer du sein, des séances de yoga ont contribué à une nette diminution des douleurs ostéoarticulaires engendrées par le traitement. Le degré de stress des femmes inclues dans l’étude s’est aussi abaissé. « Cette activité physique jouant sur les plans physiques comme psychologiques contribue à améliorer la qualité de vie des patientes », confirme l’équipe de Kerstin Faravel, kinésithérapeute à l’ICM et principale auteure de l’étude.
  • Selon une seconde étude publiée dans la revue « Soins de support en oncologie », les séances en psychologie, et plus particulièrement les thérapies comportementales et cognitives, améliorent la qualité du sommeil et aident à mieux vivre avec les épisodes d’insomnie, troubles du sommeil affectant 63% [5] des patients suivis pour un cancer.

Ressources

Vous souhaitez en savoir plus sur :

Annuaires

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels proposant des soins de support  ? C’est par ici :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Références

[1] Cécile Di Santolo, Rémi Etienne, Aline Henry, Ivan Krakowski, Christelle Remy. Que sont les soins de support ? Soins de support en oncologie adulte (2018), pages 23 à 41, Edition Dunod. Disponible : https://www.cairn.info/soins-de-support-en-oncologie-adulte--9782100776467-page-23.htm

[2] « Une personne est considérée comme dénutrie en cas de perte de plus de 5 % de son poids habituel en1 mois, ou de plus de 10 % en 6 mois. C’est par exemple le cas si une personne de 60 kilos perd 3 kilos en 1 mois ou6 kilos en 6 mois » (Données Institut national du Cancer, INCa)

[3] Diminution du risque infectieux, amélioration du processus de cicatrisation, diminution de la fatigue et du niveau d’anxiété, raccourcissement de la durée d’hospitalisation post-opératoire

[4] La dénutrition peut augmenter le risque d’effets indésirables liés à la chimiothérapie et/ou à la radiothérapie

[5] Données issues de l’étude suivante : Diane Boinon. Feasibility of a video-based cognitive behavioral therapy for insomnia in French adult cancer outpatients: results from the Sleep-4-All-1study. Octobre 2021 - SupportiveCare in Cancer 29(2)- DOI:10.1007/s00520-021-06151-7

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Créez votre dossier avec toutes vos adresses et solutions adaptées

Besoin d'être accompagné gratuitement dans vos démarches de proche aidant ?

Retrouvez toutes les questions de la communauté

Simplifiez vos démarches de santé dès maintenant