« Je suis référente handicap » : témoignage

La direction a acté les fondements d’une politique inclusive de personnes en situation de handicap ? Zoom sur...

Mis à jour le :
17
/
05
/
2022
Télécharger l'infographie
« Je suis référente handicap » : témoignage

La direction a acté les fondements d’une politique inclusive de personnes en situation de handicap ? Prochaine étape : nommer un référent handicap au sein de votre entreprise. Zoom sur cette fonction auprès de Claire Jourdain, chargée ressources humaines - UMG Groupe VYV.

Vous êtes employeur et avez le projet d’activer votre politique handicap ? Si votre entreprise compte plus de 250 salariés (1), vous pouvez proposer à l’un(e) de vos salariés le poste de référent(e) handicap.

« Le regard et l’approche du/des référent(s) handicap sont importants dans le cadre de la mise en place d’un accord handicap », déclare Claire Jourdain, chargée ressources humaines - UMG groupe VYV. « L’objectif est que toutes les parties prenantes puissent contribuer à ce qui va être appliqué. »

Pour vous renseigner, vous pouvez envoyer un mail à l’adresse entreprises@agefiph.asso.fr afin d’entrer en contact avec le Réseau des référents handicap (RRH).

Recrutement, maintien, soutien, sensibilisation

Le rôle du référent handicap va se situer à plusieurs niveaux :

  • Le recrutement pour satisfaire l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) à laquelle sont soumises les entreprises du secteur privé de 20 salariés et plus. Le référent va aider à atteindre l’objectif d’embauche de 6% de salariés en situation de handicap par l’aide au recrutement, « en mettant  par exemple en place des partenariats avec les job board, les associations », détaille Claire Jourdain ;
  • Le maintien dans l’emploi de personnes déjà salariées qui s’approcheraient d’une situation de handicap avéré (2): « c’est le rôle sociétal de l’entreprise que d’intégrer ce maintien de l’humain dans son poste », une démarche « qui passe aussi par la médecine du travail » ;
  • L’accompagnement prévu pour aider les salariés à constituer une demande afin d’obtenir une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou d’aides financières (3), auprès de la Maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPH). « Le rôle de conseil du référent handicap s’avère aussi très important pour accompagner la personne dans le lourd processus administratif », souligne Claire Jourdain. « Je propose aussi des phases de lecture des dossiers pour que la personne se sente moins seule et la plus sûre d’elle possible »  ;
  • L’orientation des salariés vers les structures de référence dans l’accompagnement, la reconnaissance des statuts et le versement des aides financières (Agefiph, Cap emploi…) si besoin ;
  • La sensibilisation constitue aussi « une mission  du référent. Les personnes sont ainsi informées des dispositifs existants », affirme Claire Jourdain. Pour ce faire, « mon entreprise a organisé en 2021 une communication interne autour d’ateliers, de quizz, de conférences ouvertes, pendant la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), en proposant notamment « des ateliers langues des signes et lectures labiales. Nous étions satisfaits de la participation aux différents événements pour cette première véritable année de sensibilisation ». D’autant que le télétravail en vigueur du fait de la crise sanitaire aurait pu constituer un frein. Mais la possibilité d’assister aux ateliers en visioconférence a incité plus de salariés à participer. Et pour la suite ? « De nouveaux temps de sensibilisation seront proposés en interne dans les années à venir. »

Un tiers du temps dédié au poste de référent handicap

« Quand je suis arrivée dans l’entreprise il y a un peu moins de trois ans, la mise en place et le rôle de référent handicap dans mon entreprise en était à ses balbutiements. Puis la direction et la DRH ont commencé à impulser et instaurer une politique RH Handicap inclusive. Les instances représentatives du personnel (IRP) ont quant à elles désigné un référent handicap, mon homologue ». Pour mener à bien la mission de référent handicap, il est nécessaire « qu’une personne identifiée et dédiée à  cette fonction soit mise en place au sein de l’entreprise ».

Dans son entreprise de moins de 500 salariés, Claire Jourdain compte aujourd’hui une dizaine de personnes en situation de handicap. Au quotidien, « et du fait des autres missions que je mène (formation, alternance), j’accorde environ un tiers du temps à la mission  de référent handicap ».

Aborder le sujet du handicap délicatement

L’une des missions du référent handicap consiste à accompagner des salariés bénéficiant d’une RQTH. L’objectif est donc de conserver du lien toute l’année, afin de pouvoir les conseiller, les orienter et surtout bien les informer des dispositifs en place. « Avec ma collègue, mon homologue nommée par les IRP, nous les informons des différentes aides financières ou organisationnelles (télétravail…). »

Et comment le référent handicap se positionne-t-il dans cette relation ? « Il n’est pas de mon ressort d’aborder le sujet de la pathologie de la personne, mais mon rôle est d’écouter si cette dernière souhaite m’en parler. » Ce sujet intervient notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur les possibilités d’aménagement de poste et d’organisation du travail.

RESSOURCES 

Vous souhaitez en savoir plus sur :

ANNUAIRES

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels du handicap  ? C’est par ici.

  • Échanger avec le Réseau des référents handicap (RRH)  en cliquant ici
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap.gouv.fr ;
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph.

Références

(1) Si l’effectif de votre entreprise dépasse les 250 salariés, vous devez nommer un référent handicap selon l’article L5213-6-1 du Code du travail

(2) Situation de handicap faisant ou pouvant faire l’objet d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) 

(3) L’allocation aux adultes handicapés (AAH), l'aide à la formation dans le cadre du maintien dans l'emploi

  • Claire Jourdain, chargée RH UMG groupe VyV, le 8 avril 2022
Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

« Je suis référente handicap » : témoignage

Mis à jour le :
17
/
05
/
2022

La direction a acté les fondements d’une politique inclusive de personnes en situation de handicap ? Prochaine étape : nommer un référent handicap au sein de votre entreprise. Zoom sur cette fonction auprès de Claire Jourdain, chargée ressources humaines - UMG Groupe VYV.

Vous êtes employeur et avez le projet d’activer votre politique handicap ? Si votre entreprise compte plus de 250 salariés (1), vous pouvez proposer à l’un(e) de vos salariés le poste de référent(e) handicap.

« Le regard et l’approche du/des référent(s) handicap sont importants dans le cadre de la mise en place d’un accord handicap », déclare Claire Jourdain, chargée ressources humaines - UMG groupe VYV. « L’objectif est que toutes les parties prenantes puissent contribuer à ce qui va être appliqué. »

Pour vous renseigner, vous pouvez envoyer un mail à l’adresse entreprises@agefiph.asso.fr afin d’entrer en contact avec le Réseau des référents handicap (RRH).

Recrutement, maintien, soutien, sensibilisation

Le rôle du référent handicap va se situer à plusieurs niveaux :

  • Le recrutement pour satisfaire l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) à laquelle sont soumises les entreprises du secteur privé de 20 salariés et plus. Le référent va aider à atteindre l’objectif d’embauche de 6% de salariés en situation de handicap par l’aide au recrutement, « en mettant  par exemple en place des partenariats avec les job board, les associations », détaille Claire Jourdain ;
  • Le maintien dans l’emploi de personnes déjà salariées qui s’approcheraient d’une situation de handicap avéré (2): « c’est le rôle sociétal de l’entreprise que d’intégrer ce maintien de l’humain dans son poste », une démarche « qui passe aussi par la médecine du travail » ;
  • L’accompagnement prévu pour aider les salariés à constituer une demande afin d’obtenir une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou d’aides financières (3), auprès de la Maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPH). « Le rôle de conseil du référent handicap s’avère aussi très important pour accompagner la personne dans le lourd processus administratif », souligne Claire Jourdain. « Je propose aussi des phases de lecture des dossiers pour que la personne se sente moins seule et la plus sûre d’elle possible »  ;
  • L’orientation des salariés vers les structures de référence dans l’accompagnement, la reconnaissance des statuts et le versement des aides financières (Agefiph, Cap emploi…) si besoin ;
  • La sensibilisation constitue aussi « une mission  du référent. Les personnes sont ainsi informées des dispositifs existants », affirme Claire Jourdain. Pour ce faire, « mon entreprise a organisé en 2021 une communication interne autour d’ateliers, de quizz, de conférences ouvertes, pendant la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), en proposant notamment « des ateliers langues des signes et lectures labiales. Nous étions satisfaits de la participation aux différents événements pour cette première véritable année de sensibilisation ». D’autant que le télétravail en vigueur du fait de la crise sanitaire aurait pu constituer un frein. Mais la possibilité d’assister aux ateliers en visioconférence a incité plus de salariés à participer. Et pour la suite ? « De nouveaux temps de sensibilisation seront proposés en interne dans les années à venir. »

Un tiers du temps dédié au poste de référent handicap

« Quand je suis arrivée dans l’entreprise il y a un peu moins de trois ans, la mise en place et le rôle de référent handicap dans mon entreprise en était à ses balbutiements. Puis la direction et la DRH ont commencé à impulser et instaurer une politique RH Handicap inclusive. Les instances représentatives du personnel (IRP) ont quant à elles désigné un référent handicap, mon homologue ». Pour mener à bien la mission de référent handicap, il est nécessaire « qu’une personne identifiée et dédiée à  cette fonction soit mise en place au sein de l’entreprise ».

Dans son entreprise de moins de 500 salariés, Claire Jourdain compte aujourd’hui une dizaine de personnes en situation de handicap. Au quotidien, « et du fait des autres missions que je mène (formation, alternance), j’accorde environ un tiers du temps à la mission  de référent handicap ».

Aborder le sujet du handicap délicatement

L’une des missions du référent handicap consiste à accompagner des salariés bénéficiant d’une RQTH. L’objectif est donc de conserver du lien toute l’année, afin de pouvoir les conseiller, les orienter et surtout bien les informer des dispositifs en place. « Avec ma collègue, mon homologue nommée par les IRP, nous les informons des différentes aides financières ou organisationnelles (télétravail…). »

Et comment le référent handicap se positionne-t-il dans cette relation ? « Il n’est pas de mon ressort d’aborder le sujet de la pathologie de la personne, mais mon rôle est d’écouter si cette dernière souhaite m’en parler. » Ce sujet intervient notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur les possibilités d’aménagement de poste et d’organisation du travail.

RESSOURCES 

Vous souhaitez en savoir plus sur :

ANNUAIRES

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels du handicap  ? C’est par ici.

  • Échanger avec le Réseau des référents handicap (RRH)  en cliquant ici
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap.gouv.fr ;
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph.

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Vous serez aussi intéressé par les articles suivants :

Références

(1) Si l’effectif de votre entreprise dépasse les 250 salariés, vous devez nommer un référent handicap selon l’article L5213-6-1 du Code du travail

(2) Situation de handicap faisant ou pouvant faire l’objet d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) 

(3) L’allocation aux adultes handicapés (AAH), l'aide à la formation dans le cadre du maintien dans l'emploi

  • Claire Jourdain, chargée RH UMG groupe VyV, le 8 avril 2022
Avez-vous trouvé cet article utile ?
Vous avez aimé cet article.
X
autres personnes.
Vous n'avez pas aimé cet article. Dites nous pourquoi
ici

Créez votre dossier avec toutes vos adresses et solutions adaptées

Besoin d'être accompagné gratuitement dans vos démarches de proche aidant ?

Retrouvez toutes les questions de la communauté

Simplifiez vos démarches de santé dès maintenant